Autre

Nous avons parlé avec le célèbre chef Wolfgang Puck de la cuisine pour les fêtes et de la gestion d'un empire hôtelier

Nous avons parlé avec le célèbre chef Wolfgang Puck de la cuisine pour les fêtes et de la gestion d'un empire hôtelier



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pour les restes de dinde, le chef préfère faire des quesadillas, tout comme ses enfants Alexander et Oliver

Nous avons pris quelques conseils de vacances de Wolfgang Puck et une formule éprouvée pour réussir.

Juste à temps pour Thanksgiving, le personnel du Daily Meal a eu la chance de trouver le célèbre chef et restaurateur Wolfgang Puck pour s'inspirer du menu des fêtes, ainsi que pour avoir un aperçu de ce qu'il faut pour gérer un empire hôtelier qui s'étend sur le monde entier.

Récemment, Puck a également annoncé qu'il se prépare à ouvrir son tout premier restaurant à New York, un avant-poste de son steakhouse moderne CUT by Wolfgang Puck au Four Seasons Hotel New York Centre-ville.

CUT sera un steakhouse moderne. Il sera sexy et aura un grand salon. Le menu sera de saison avec d'excellents ingrédients locaux #TDMasksWP

Nous avons attendu 25 ans pour ouvrir notre flagship à New York, donc l'hospitalité et le service seront à un autre niveau ici. Attends! #TDMasksWP

Récemment, le chef a également ouvert CUT by Wolfgang Puck à Singapour, où le menu vise haut.

@BeefWerky @thedailymeal, tout le monde à Singapour sait que nous servons les meilleurs steaks d'Asie. Ou, le homard du chef Josh aux truffes ! #TDMasksWP

@BeefWerky @thedailymeal et n'oubliez pas le soufflé au chocolat ! @#TDMasksWP

Quant aux prochains jours, le chef Puck se concentrera sur Thanksgiving, comme le reste d'entre nous. Le plat préféré de sa famille est la soupe de citrouille de Puck avec des pommes rôties et des canneberges, tandis que ses restes de dinde sont transformés en quesadillas, à la demande de ses enfants.

Nous avons toujours des restes de dinde et le lendemain, nous préparons des quesadillas à la dinde, Alexander et Oliver, mes enfants les adorent! #TDMasksWP

Pour se divertir pendant les mois froids, Puck a deux suggestions :

@CourtneyNachlas Si vous êtes dans une zone plus fraîche, installez votre cheminée extérieure ou en Islande, installez votre igloo avec beaucoup de vodka ! #TDMasksWP

Enfin, le chef a partagé une formule de réussite avec laquelle il semble assez difficile d'être en désaccord :

@michaelannrowe Je crois que c'est 90 % de travail acharné et 10 % de talent. Réussir n'est pas le défi, c'est rester cohérent ! #TDMasksWP


Archives de catégorie : menus

Les habitants du golfe du Mexique connaissent probablement cette appellation mais je me souviens avoir été assez surpris la première fois que je l'ai rencontrée. Étant donné que "wop" est un nom d'argot offensant pour les Italiens, ma première réaction a été, s'il vous plaît, ne me dites pas que cela signifie cela !

Cela fait. C'est une autre façon de dire salade italienne.

La « salade Wop » figurait sur les menus des années 30 jusque dans les années 80 dans certaines régions. Son utilisation était fréquente en Louisiane, au Texas et au Mississippi, en particulier le long du golfe. Il a été le plus étroitement identifié à la Nouvelle-Orléans, mais a également été utilisé à Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi et, dans une moindre mesure, Little Rock, Arkansas. J'ai également trouvé le terme utilisé par les restaurants dans divers autres États, mais assez rarement.

La salade avait de nombreuses variantes. Parmi les ingrédients possibles [certains illustrés ci-dessus] figurent la laitue iceberg, les endives, la scarole, les oignons blancs, les petits oignons perlés, les échalotes, l'ail, les œufs durs, les olives noires, les olives vertes, les cornichons, le céleri, les radis, les poivrons doux, les piments, les avocats, coeurs d'artichauts, tomates, asperges, anchois et fromage râpé. Les vinaigrettes peuvent contenir des combinaisons de certains des éléments suivants : huile d'olive, vinaigre, mayonnaise, sauce Worcestershire et citron.

Même un seul restaurant peut ne pas toujours composer la salade de la même manière. Le village italien de Larry Platt à Corpus Christi TX a annoncé des salades wop avec des ingrédients différents en 1954. Dans une annonce, la salade contenait « pimentos, olives, anchois et sauce, poivrons italiens et sauce, cornichons, œufs, ail, oignons, citrons frais et vinaigrette » tandis que dans un autre, il contenait « des anchois, des olives, de la laitue, des tomates, du poivre italien, des radis, du céleri, avec notre célèbre vinaigrette ».

Une indication de la popularité de la salade, quelle qu'en soit l'interprétation, est son inclusion dans la section alimentaire américaine d'un menu chinois de 1950 du Chinese Dragon à la Nouvelle-Orléans. [photo ici]

Malgré ma réponse négative au nom, la réaction générale aujourd'hui semble être un léger amusement associé à un rejet de l'idée qu'il pourrait être considéré comme vraiment offensant. La plupart des défenseurs souligneront rapidement que les Italo-Américains de la Nouvelle-Orléans l'utilisaient aussi et qu'il pouvait être trouvé aussi souvent sur les menus des restaurants italiens que n'importe quel autre.

J'ai lu l'affirmation selon laquelle le restaurant de Joe Brocato à Shreveport LA - qui annonçait qu'il était "Home of the Wop Salad" - était le propriétaire du terme et que toute autre personne qui l'utilisait devait payer des redevances.

Appelez-moi sceptique. J'ai entendu des arguments similaires sur le fait que les Afro-Américains ne craignaient pas de s'habiller comme des mamans, aimaient travailler et manger chez Sambo, etc.

Historiquement, la Nouvelle-Orléans comptait plus d'habitants d'origine italienne que les autres villes du Sud. C'était un port d'entrée aux États-Unis au XIXe et au début du XXe siècle, et de nombreux Italiens y débarquèrent. Un jour d'octobre 1907, par exemple, 1 300 Italiens sont arrivés, dont certains étaient des épouses et des enfants d'hommes dans diverses régions du pays, mais d'autres sont venus travailler dans les champs de canne à sucre de Louisiane en prenant des emplois autrefois occupés par des esclaves et des Noirs pauvres, ils étaient très méprisés. Et combien de temps les Italiens de la Nouvelle-Orléans se souvenaient-ils du lynchage de onze Italiens là-bas en 1891 ? Les meurtres ont été condamnés aux niveaux national et international et ont provoqué des émeutes dans les communautés italiennes de New York et de Cincinnati.

Pourtant, les Italiens qui se sont installés à la Nouvelle-Orléans ont fondé des entreprises prospères et y sont devenus des professionnels et des dirigeants civiques. Pas mal de restaurants ouverts.

Pour beaucoup de gens, « wop salad » a commencé à sonner faux dans les années 1980. Les journalistes écrivant sur les restaurants dans les journaux du Sud sont devenus plutôt réticents à l'utiliser, se distanciant en le mettant entre guillemets ou en qualifiant le terme de «malheureux». Mais je ne peux m'empêcher de me demander ce que les autres, en particulier ceux d'ascendance italienne, ont ressenti à son sujet pendant les décennies où il était couramment utilisé. N'y pensaient-ils pas ? Ont-ils trouvé le nom ennuyeux mais ne valait pas la peine d'en faire toute une histoire ? Se sont-ils sentis insultés par cela ?

J'ai trouvé très peu de preuves de protestation. Quelqu'un qui s'appelait « italo-américain » a écrit à un chroniqueur du New Orleans Times-Picayune en 1961 pour se plaindre de son utilisation de la « salade wop » et en déclarant : « Il n'existe pas de « salade wop ». salade italienne'?” La chroniqueuse a défendu son utilisation, concluant: "Tout le monde aime la" salade wop ". Nous, Anglais-Allemands-Scandinaves, essayons tous de le copier. " En 1972, le journal a reçu une plainte d'un italo-américain du New Jersey qui avait visité la ville et trouvé de la « salade wop » sur les menus partout, y compris « de meilleurs restaurants ». Peut-être que Commander's Palace était l'un d'entre eux. [voir env. Fragment de menu des années 1950] Il a été particulièrement offensé par une sandwicherie avec un panneau indiquant « Bigga Woppa Sandwich ». Il a conclu que la Nouvelle-Orléans prétendait seulement être « une ville véritablement cosmopolite ».

Avec le climat culturel actuel, je m'attends à moitié à ce que la « salade wop » refait surface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Archives de catégorie : menus

Les habitants du golfe du Mexique connaissent probablement cette appellation mais je me souviens avoir été assez surpris la première fois que je l'ai rencontrée. Étant donné que "wop" est un nom d'argot offensant pour les Italiens, ma première réaction a été, s'il vous plaît, ne me dites pas que cela signifie cela !

Cela fait. C'est une autre façon de dire salade italienne.

La « salade Wop » figurait sur les menus des années 30 jusque dans les années 80 dans certaines régions. Son utilisation était fréquente en Louisiane, au Texas et au Mississippi, en particulier le long du golfe. Il a été le plus étroitement identifié à la Nouvelle-Orléans, mais a également été utilisé à Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi et, dans une moindre mesure, Little Rock, Arkansas. J'ai également trouvé le terme utilisé par les restaurants dans divers autres États, mais assez rarement.

La salade avait de nombreuses variantes. Parmi les ingrédients possibles [certains illustrés ci-dessus] figurent la laitue iceberg, les endives, la scarole, les oignons blancs, les petits oignons perlés, les échalotes, l'ail, les œufs durs, les olives noires, les olives vertes, les cornichons, le céleri, les radis, les poivrons doux, les piments, les avocats, coeurs d'artichauts, tomates, asperges, anchois et fromage râpé. Les vinaigrettes peuvent contenir des combinaisons de certains des éléments suivants : huile d'olive, vinaigre, mayonnaise, sauce Worcestershire et citron.

Même un seul restaurant peut ne pas toujours composer la salade de la même manière. Le village italien de Larry Platt à Corpus Christi TX a annoncé des salades wop avec des ingrédients différents en 1954. Dans une annonce, la salade contenait « pimentos, olives, anchois et sauce, poivrons italiens et sauce, cornichons, œufs, ail, oignons, citrons frais et vinaigrette » tandis que dans un autre, il contenait « des anchois, des olives, de la laitue, des tomates, du poivre italien, des radis, du céleri, avec notre célèbre vinaigrette ».

Une indication de la popularité de la salade, quelle qu'en soit l'interprétation, est son inclusion dans la section alimentaire américaine d'un menu chinois de 1950 du Chinese Dragon à la Nouvelle-Orléans. [photo ici]

Malgré ma réponse négative au nom, la réaction générale aujourd'hui semble être un léger amusement associé à un rejet de l'idée qu'il pourrait être considéré comme vraiment offensant. La plupart des défenseurs souligneront rapidement que les Italo-Américains de la Nouvelle-Orléans l'utilisaient aussi et qu'il pouvait être trouvé aussi souvent sur les menus des restaurants italiens que n'importe quel autre.

J'ai lu l'affirmation selon laquelle le restaurant de Joe Brocato à Shreveport LA - qui annonçait qu'il était "Home of the Wop Salad" - était le propriétaire du terme et que toute autre personne qui l'utilisait devait payer des redevances.

Appelez-moi sceptique. J'ai entendu des arguments similaires sur le fait que les Afro-Américains ne craignaient pas de s'habiller comme des mamans, aimaient travailler et manger chez Sambo, etc.

Historiquement, la Nouvelle-Orléans comptait plus d'habitants d'origine italienne que les autres villes du Sud. C'était un port d'entrée aux États-Unis au XIXe et au début du XXe siècle, et de nombreux Italiens y débarquèrent. Un jour d'octobre 1907, par exemple, 1 300 Italiens sont arrivés, dont certains étaient des épouses et des enfants d'hommes dans diverses régions du pays, mais d'autres sont venus travailler dans les champs de canne à sucre de Louisiane en prenant des emplois autrefois occupés par des esclaves et des Noirs pauvres, ils étaient très méprisés. Et combien de temps les Italiens de la Nouvelle-Orléans se souvenaient-ils du lynchage de onze Italiens là-bas en 1891 ? Les meurtres ont été condamnés aux niveaux national et international et ont provoqué des émeutes dans les communautés italiennes de New York et de Cincinnati.

Pourtant, les Italiens qui se sont installés à la Nouvelle-Orléans ont fondé des entreprises prospères et y sont devenus des professionnels et des dirigeants civiques. Pas mal de restaurants ouverts.

Pour beaucoup de gens, « wop salad » a commencé à sonner faux dans les années 1980. Les journalistes écrivant sur les restaurants dans les journaux du Sud sont devenus plutôt réticents à l'utiliser, se distanciant en le mettant entre guillemets ou en qualifiant le terme de «malheureux». Mais je ne peux m'empêcher de me demander ce que les autres, en particulier ceux d'ascendance italienne, ont ressenti à son sujet pendant les décennies où il était couramment utilisé. N'y pensaient-ils pas ? Ont-ils trouvé le nom ennuyeux mais ne valait pas la peine d'en faire toute une histoire ? Se sont-ils sentis insultés par cela ?

J'ai trouvé très peu de preuves de protestation. Quelqu'un qui s'appelait « italo-américain » a écrit à un chroniqueur du New Orleans Times-Picayune en 1961 pour se plaindre de son utilisation de la « salade wop » et en déclarant : « Il n'existe pas de « salade wop ». salade italienne'?” La chroniqueuse a défendu son utilisation, concluant: "Tout le monde aime la" salade wop ". Nous, Anglais-Allemands-Scandinaves, essayons tous de le copier. " En 1972, le journal a reçu une plainte d'un italo-américain du New Jersey qui avait visité la ville et trouvé de la « salade wop » sur les menus partout, y compris « de meilleurs restaurants ». Peut-être que Commander's Palace était l'un d'entre eux. [voir env. Fragment de menu des années 1950] Il a été particulièrement offensé par une sandwicherie avec une pancarte indiquant « Bigga Woppa Sandwich ». Il a conclu que la Nouvelle-Orléans prétendait seulement être « une ville véritablement cosmopolite ».

Avec le climat culturel actuel, je m'attends à moitié à ce que la « salade wop » refait surface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Archives de catégorie : menus

Les habitants du golfe du Mexique connaissent probablement cette appellation mais je me souviens avoir été assez surpris la première fois que je l'ai rencontrée. Étant donné que "wop" est un nom d'argot offensant pour les Italiens, ma première réaction a été, s'il vous plaît, ne me dites pas que cela signifie cela !

Cela fait. C'est une autre façon de dire salade italienne.

La « salade Wop » figurait sur les menus des années 30 jusque dans les années 80 dans certaines régions. Son utilisation était fréquente en Louisiane, au Texas et au Mississippi, en particulier le long du golfe. Il a été le plus étroitement identifié à la Nouvelle-Orléans, mais a également été utilisé à Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi et, dans une moindre mesure, Little Rock, Arkansas. J'ai également trouvé le terme utilisé par les restaurants dans divers autres États, mais assez rarement.

La salade avait de nombreuses variantes. Parmi les ingrédients possibles [certains illustrés ci-dessus] figurent la laitue iceberg, les endives, la scarole, les oignons blancs, les petits oignons perlés, les échalotes, l'ail, les œufs durs, les olives noires, les olives vertes, les cornichons, le céleri, les radis, les poivrons doux, les piments, les avocats, coeurs d'artichauts, tomates, asperges, anchois et fromage râpé. Les vinaigrettes peuvent contenir des combinaisons de certains des éléments suivants : huile d'olive, vinaigre, mayonnaise, sauce Worcestershire et citron.

Même un seul restaurant peut ne pas toujours composer la salade de la même manière. Le village italien de Larry Platt à Corpus Christi TX a annoncé des salades wop avec des ingrédients différents en 1954. Dans une annonce, la salade contenait « pimentos, olives, anchois et sauce, poivrons italiens et sauce, cornichons, œufs, ail, oignons, citrons frais et vinaigrette » tandis que dans un autre, il contenait « des anchois, des olives, de la laitue, des tomates, du poivre italien, des radis, du céleri, avec notre célèbre vinaigrette ».

Une indication de la popularité de la salade, quelle qu'en soit l'interprétation, est son inclusion dans la section alimentaire américaine d'un menu chinois de 1950 du Chinese Dragon à la Nouvelle-Orléans. [photo ici]

Malgré ma réponse négative au nom, la réaction générale aujourd'hui semble être un léger amusement associé à un rejet de l'idée qu'il pourrait être considéré comme vraiment offensant. La plupart des défenseurs souligneront rapidement que les Italo-Américains de la Nouvelle-Orléans l'ont également utilisé et qu'il pouvait être trouvé aussi souvent sur les menus des restaurants italiens que n'importe quel autre.

J'ai lu l'affirmation selon laquelle le restaurant de Joe Brocato à Shreveport LA - qui annonçait qu'il était "Home of the Wop Salad" - était le propriétaire du terme et que toute autre personne qui l'utilisait devait payer des redevances.

Appelez-moi sceptique. J'ai entendu des arguments similaires sur le fait que les Afro-Américains ne craignaient pas de s'habiller comme des mamans, aimaient travailler et manger chez Sambo, etc.

Historiquement, la Nouvelle-Orléans comptait plus d'habitants d'origine italienne que les autres villes du Sud. C'était un port d'entrée aux États-Unis au XIXe et au début du XXe siècle, et de nombreux Italiens y débarquèrent. Un jour d'octobre 1907, par exemple, 1 300 Italiens sont arrivés, dont certains étaient des épouses et des enfants d'hommes dans diverses régions du pays, mais d'autres sont venus travailler dans les champs de canne à sucre de Louisiane en prenant des emplois autrefois occupés par des esclaves et des Noirs pauvres, ils étaient très méprisés. Et combien de temps les Italiens de la Nouvelle-Orléans se souvenaient-ils du lynchage de onze Italiens là-bas en 1891 ? Les meurtres ont été condamnés aux niveaux national et international et ont provoqué des émeutes dans les communautés italiennes de New York et de Cincinnati.

Pourtant, les Italiens qui se sont installés à la Nouvelle-Orléans ont fondé des entreprises prospères et y sont devenus des professionnels et des dirigeants civiques. Pas mal de restaurants ouverts.

Pour beaucoup de gens, « wop salad » a commencé à sonner faux dans les années 1980. Les journalistes écrivant sur les restaurants dans les journaux du Sud sont devenus plutôt réticents à l'utiliser, se distanciant en le mettant entre guillemets ou en qualifiant le terme de «malheureux». Mais je ne peux m'empêcher de me demander ce que les autres, en particulier ceux d'ascendance italienne, ont ressenti à son sujet pendant les décennies où il était couramment utilisé. N'y pensaient-ils pas ? Ont-ils trouvé le nom ennuyeux mais ne valait pas la peine d'en faire toute une histoire ? Se sont-ils sentis insultés par cela ?

J'ai trouvé très peu de preuves de protestation. Quelqu'un qui s'appelait « italo-américain » a écrit à un chroniqueur du New Orleans Times-Picayune en 1961 pour se plaindre de son utilisation de la « salade wop » et en déclarant : « Il n'existe pas de « salade wop ». salade italienne'?” La chroniqueuse a défendu son utilisation, concluant: "Tout le monde aime la" salade wop ". Nous, Anglais-Allemands-Scandinaves, essayons tous de le copier. " En 1972, le journal a reçu une plainte d'un italo-américain du New Jersey qui avait visité la ville et trouvé de la « salade wop » sur les menus partout, y compris « de meilleurs restaurants ». Peut-être que Commander's Palace était l'un d'entre eux. [voir env. Fragment de menu des années 1950] Il a été particulièrement offensé par une sandwicherie avec un panneau indiquant « Bigga Woppa Sandwich ». Il a conclu que la Nouvelle-Orléans prétendait seulement être « une ville véritablement cosmopolite ».

Avec le climat culturel actuel, je m'attends à moitié à ce que la « salade wop » refait surface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Archives de catégorie : menus

Les habitants du golfe du Mexique connaissent probablement cette appellation mais je me souviens avoir été assez surpris la première fois que je l'ai rencontrée. Étant donné que "wop" est un nom d'argot offensant pour les Italiens, ma première réaction a été, s'il vous plaît, ne me dites pas que cela signifie cela !

Cela fait. C'est une autre façon de dire salade italienne.

La « salade Wop » figurait sur les menus des années 30 jusque dans les années 80 dans certaines régions. Son utilisation était fréquente en Louisiane, au Texas et au Mississippi, en particulier le long du golfe. Il a été le plus étroitement identifié à la Nouvelle-Orléans, mais a également été utilisé à Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi et, dans une moindre mesure, Little Rock, Arkansas. J'ai également trouvé le terme utilisé par les restaurants dans divers autres États, mais assez rarement.

La salade avait de nombreuses variantes. Parmi les ingrédients possibles [certains illustrés ci-dessus] figurent la laitue iceberg, les endives, la scarole, les oignons blancs, les petits oignons perlés, les échalotes, l'ail, les œufs durs, les olives noires, les olives vertes, les cornichons, le céleri, les radis, les poivrons doux, les piments, les avocats, coeurs d'artichauts, tomates, asperges, anchois et fromage râpé. Les vinaigrettes peuvent contenir des combinaisons de certains des éléments suivants : huile d'olive, vinaigre, mayonnaise, sauce Worcestershire et citron.

Même un seul restaurant peut ne pas toujours composer la salade de la même manière. Le village italien de Larry Platt à Corpus Christi TX a annoncé des salades wop avec des ingrédients différents en 1954. Dans une annonce, la salade contenait « pimentos, olives, anchois et sauce, poivrons italiens et sauce, cornichons, œufs, ail, oignons, citrons frais et vinaigrette » tandis que dans un autre, il contenait « des anchois, des olives, de la laitue, des tomates, du poivre italien, des radis, du céleri, avec notre célèbre vinaigrette ».

Une indication de la popularité de la salade, quelle qu'en soit l'interprétation, est son inclusion dans la section alimentaire américaine d'un menu chinois de 1950 de The Chinese Dragon à la Nouvelle-Orléans. [photo ici]

Malgré ma réponse négative au nom, la réaction générale aujourd'hui semble être un léger amusement associé à un rejet de l'idée qu'il pourrait être considéré comme vraiment offensant. La plupart des défenseurs souligneront rapidement que les Italo-Américains de la Nouvelle-Orléans l'ont également utilisé et qu'il pouvait être trouvé aussi souvent sur les menus des restaurants italiens que n'importe quel autre.

J'ai lu l'affirmation selon laquelle le restaurant de Joe Brocato à Shreveport LA - qui annonçait qu'il était "Home of the Wop Salad" - était le propriétaire du terme et que toute autre personne qui l'utilisait devait payer des redevances.

Appelez-moi sceptique. J'ai entendu des arguments similaires sur le fait que les Afro-Américains ne craignaient pas de s'habiller comme des mamans, aimaient travailler et manger chez Sambo, etc.

Historiquement, la Nouvelle-Orléans comptait plus d'habitants d'origine italienne que les autres villes du Sud. C'était un port d'entrée aux États-Unis au XIXe et au début du XXe siècle, et de nombreux Italiens y débarquèrent. Un jour d'octobre 1907, par exemple, 1 300 Italiens sont arrivés, dont certains étaient des épouses et des enfants d'hommes dans diverses régions du pays, mais d'autres sont venus travailler dans les champs de canne à sucre de Louisiane en prenant des emplois autrefois occupés par des esclaves et des Noirs pauvres, ils étaient très méprisés. Et combien de temps les Italiens de la Nouvelle-Orléans se souvenaient-ils du lynchage de onze Italiens là-bas en 1891 ? Les meurtres ont été condamnés aux niveaux national et international et ont provoqué des émeutes dans les communautés italiennes de New York et de Cincinnati.

Pourtant, les Italiens qui se sont installés à la Nouvelle-Orléans ont fondé des entreprises prospères et y sont devenus des professionnels et des dirigeants civiques. Pas mal de restaurants ouverts.

Pour beaucoup de gens, « wop salad » a commencé à sonner faux dans les années 1980. Les journalistes écrivant sur les restaurants dans les journaux du Sud sont devenus plutôt réticents à l'utiliser, se distanciant en le mettant entre guillemets ou en qualifiant le terme de «malheureux». Mais je ne peux m'empêcher de me demander ce que les autres, en particulier ceux d'ascendance italienne, ont ressenti à son sujet pendant les décennies où il était couramment utilisé. N'y pensaient-ils pas ? Ont-ils trouvé le nom ennuyeux mais ne valait pas la peine d'en faire toute une histoire ? Se sont-ils sentis insultés par cela ?

J'ai trouvé très peu de preuves de protestation. Quelqu'un qui s'appelait « italo-américain » a écrit à un chroniqueur du New Orleans Times-Picayune en 1961 pour se plaindre de son utilisation de la « salade wop » et en déclarant : « Il n'existe pas de « salade wop ». salade italienne'?” La chroniqueuse a défendu son utilisation, concluant: "Tout le monde aime la" salade wop ". Nous, Anglais-Allemands-Scandinaves, essayons tous de le copier. " En 1972, le journal a reçu une plainte d'un italo-américain du New Jersey qui avait visité la ville et trouvé de la « salade wop » sur les menus partout, y compris « de meilleurs restaurants ». Peut-être que Commander's Palace était l'un d'entre eux. [voir env. Fragment de menu des années 1950] Il a été particulièrement offensé par une sandwicherie avec un panneau indiquant « Bigga Woppa Sandwich ». Il a conclu que la Nouvelle-Orléans prétendait seulement être « une ville véritablement cosmopolite ».

Avec le climat culturel actuel, je m'attends à moitié à ce que la « salade wop » refait surface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Archives de catégorie : menus

Les habitants du golfe du Mexique connaissent probablement cette appellation mais je me souviens avoir été assez surpris la première fois que je l'ai rencontrée. Étant donné que "wop" est un nom d'argot offensant pour les Italiens, ma première réaction a été, s'il vous plaît, ne me dites pas que cela signifie cela !

Cela fait. C'est une autre façon de dire salade italienne.

La « salade Wop » figurait sur les menus des années 30 jusque dans les années 80 dans certaines régions. Son utilisation était fréquente en Louisiane, au Texas et au Mississippi, en particulier le long du golfe. Il a été le plus étroitement identifié à la Nouvelle-Orléans, mais a également été utilisé à Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi et, dans une moindre mesure, Little Rock, Arkansas. J'ai également trouvé le terme utilisé par les restaurants dans divers autres États, mais assez rarement.

La salade avait de nombreuses variantes. Parmi les ingrédients possibles [certains illustrés ci-dessus] figurent la laitue iceberg, les endives, la scarole, les oignons blancs, les petits oignons perlés, les échalotes, l'ail, les œufs durs, les olives noires, les olives vertes, les cornichons, le céleri, les radis, les poivrons doux, les piments, les avocats, coeurs d'artichauts, tomates, asperges, anchois et fromage râpé. Les vinaigrettes peuvent contenir des combinaisons de certains des éléments suivants : huile d'olive, vinaigre, mayonnaise, sauce Worcestershire et citron.

Même un seul restaurant peut ne pas toujours composer la salade de la même manière. Le village italien de Larry Platt à Corpus Christi TX a annoncé des salades wop avec des ingrédients différents en 1954. Dans une annonce, la salade contenait « pimentos, olives, anchois et sauce, poivrons italiens et sauce, cornichons, œufs, ail, oignons, citrons frais et vinaigrette » tandis que dans un autre, il contenait « des anchois, des olives, de la laitue, des tomates, du poivre italien, des radis, du céleri, avec notre célèbre vinaigrette ».

Une indication de la popularité de la salade, quelle qu'en soit l'interprétation, est son inclusion dans la section alimentaire américaine d'un menu chinois de 1950 du Chinese Dragon à la Nouvelle-Orléans. [photo ici]

Malgré ma réponse négative au nom, la réaction générale aujourd'hui semble être un léger amusement associé à un rejet de l'idée qu'il pourrait être considéré comme vraiment offensant. La plupart des défenseurs souligneront rapidement que les Italo-Américains de la Nouvelle-Orléans l'utilisaient aussi et qu'il pouvait être trouvé aussi souvent sur les menus des restaurants italiens que n'importe quel autre.

J'ai lu l'affirmation selon laquelle le restaurant de Joe Brocato à Shreveport LA - qui annonçait qu'il était "Home of the Wop Salad" - était le propriétaire du terme et que toute autre personne qui l'utilisait devait payer des redevances.

Appelez-moi sceptique. J'ai entendu des arguments similaires sur le fait que les Afro-Américains ne craignaient pas de s'habiller comme des mamans, aimaient travailler et manger chez Sambo, etc.

Historiquement, la Nouvelle-Orléans comptait plus d'habitants d'origine italienne que les autres villes du Sud. C'était un port d'entrée aux États-Unis au XIXe et au début du XXe siècle, et de nombreux Italiens y débarquèrent. Un jour d'octobre 1907, par exemple, 1 300 Italiens sont arrivés, dont certains étaient des épouses et des enfants d'hommes dans diverses régions du pays, mais d'autres sont venus travailler dans les champs de canne à sucre de Louisiane en prenant des emplois autrefois occupés par des esclaves et des Noirs pauvres, ils étaient très méprisés. Et combien de temps les Italiens de la Nouvelle-Orléans se souvenaient-ils du lynchage de onze Italiens là-bas en 1891 ? Les meurtres ont été condamnés aux niveaux national et international et ont provoqué des émeutes dans les communautés italiennes de New York et de Cincinnati.

Pourtant, les Italiens qui se sont installés à la Nouvelle-Orléans ont fondé des entreprises prospères et y sont devenus des professionnels et des dirigeants civiques. Pas mal de restaurants ouverts.

Pour beaucoup de gens, « wop salad » a commencé à sonner faux dans les années 1980. Les journalistes écrivant sur les restaurants dans les journaux du Sud sont devenus plutôt réticents à l'utiliser, se distanciant en le mettant entre guillemets ou en qualifiant le terme de «malheureux». Mais je ne peux m'empêcher de me demander ce que les autres, en particulier ceux d'ascendance italienne, ont ressenti à son sujet pendant les décennies où il était couramment utilisé. N'y pensaient-ils pas ? Ont-ils trouvé le nom ennuyeux mais ne valait pas la peine d'en faire toute une histoire ? Se sont-ils sentis insultés par cela ?

J'ai trouvé très peu de preuves de protestation. Quelqu'un qui s'appelait « italo-américain » a écrit à un chroniqueur du New Orleans Times-Picayune en 1961 pour se plaindre de son utilisation de la « salade wop » et en déclarant : « Il n'existe pas de « salade wop ». salade italienne'?” La chroniqueuse a défendu son utilisation, concluant: "Tout le monde aime la" salade wop ". Nous, Anglais-Allemands-Scandinaves, essayons tous de le copier. " En 1972, le journal a reçu une plainte d'un italo-américain du New Jersey qui avait visité la ville et trouvé de la « salade wop » sur les menus partout, y compris « de meilleurs restaurants ». Peut-être que Commander's Palace était l'un d'entre eux. [voir env. Fragment de menu des années 1950] Il a été particulièrement offensé par une sandwicherie avec un panneau indiquant « Bigga Woppa Sandwich ». Il a conclu que la Nouvelle-Orléans prétendait seulement être « une ville véritablement cosmopolite ».

Avec le climat culturel actuel, je m'attends à moitié à ce que la « salade wop » refait surface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Archives de catégorie : menus

Les habitants du golfe du Mexique connaissent probablement cette appellation mais je me souviens avoir été assez surpris la première fois que je l'ai rencontrée. Étant donné que "wop" est un nom d'argot offensant pour les Italiens, ma première réaction a été, s'il vous plaît, ne me dites pas que cela signifie cela !

Cela fait. C'est une autre façon de dire salade italienne.

La « salade Wop » figurait sur les menus des années 30 jusque dans les années 80 dans certaines régions. Son utilisation était fréquente en Louisiane, au Texas et au Mississippi, en particulier le long du golfe. Il a été le plus étroitement identifié à la Nouvelle-Orléans, mais a également été utilisé à Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi et, dans une moindre mesure, Little Rock, Arkansas. J'ai également trouvé le terme utilisé par les restaurants dans divers autres États, mais assez rarement.

La salade avait de nombreuses variantes. Parmi les ingrédients possibles [certains illustrés ci-dessus] figurent la laitue iceberg, les endives, la scarole, les oignons blancs, les petits oignons perlés, les échalotes, l'ail, les œufs durs, les olives noires, les olives vertes, les cornichons, le céleri, les radis, les poivrons doux, les piments, les avocats, coeurs d'artichauts, tomates, asperges, anchois et fromage râpé. Les vinaigrettes peuvent contenir des combinaisons de certains des éléments suivants : huile d'olive, vinaigre, mayonnaise, sauce Worcestershire et citron.

Même un seul restaurant peut ne pas toujours composer la salade de la même manière. Le village italien de Larry Platt à Corpus Christi TX a annoncé des salades wop avec des ingrédients différents en 1954. Dans une annonce, la salade contenait « pimentos, olives, anchois et sauce, poivrons italiens et sauce, cornichons, œufs, ail, oignons, citrons frais et vinaigrette » tandis que dans un autre, il contenait « des anchois, des olives, de la laitue, des tomates, du poivre italien, des radis, du céleri, avec notre célèbre vinaigrette ».

Une indication de la popularité de la salade, quelle qu'en soit l'interprétation, est son inclusion dans la section alimentaire américaine d'un menu chinois de 1950 du Chinese Dragon à la Nouvelle-Orléans. [photo ici]

Malgré ma réponse négative au nom, la réaction générale aujourd'hui semble être un léger amusement associé à un rejet de l'idée qu'il pourrait être considéré comme vraiment offensant. La plupart des défenseurs souligneront rapidement que les Italo-Américains de la Nouvelle-Orléans l'utilisaient aussi et qu'il pouvait être trouvé aussi souvent sur les menus des restaurants italiens que n'importe quel autre.

J'ai lu l'affirmation selon laquelle le restaurant de Joe Brocato à Shreveport LA - qui annonçait qu'il était "Home of the Wop Salad" - était le propriétaire du terme et que toute autre personne qui l'utilisait devait payer des redevances.

Appelez-moi sceptique. J'ai entendu des arguments similaires sur le fait que les Afro-Américains ne craignaient pas de s'habiller comme des mamans, aimaient travailler et manger chez Sambo, etc.

Historiquement, la Nouvelle-Orléans comptait plus d'habitants d'origine italienne que les autres villes du Sud. It was a port of entry into the United States in the 19th and early 20th centuries, and many Italians disembarked there. One day in October 1907, for instance, 1,300 Italians arrived, some of them wives and children of men in various parts of the country, but others migrants who came to work in Louisiana sugar cane fields taking jobs once held by slaves and poor Blacks, they were very much looked down upon. And how long did Italians in New Orleans remember the lynching of eleven Italians there in 1891? The murders brought condemnation nationally and internationally and caused riots in Italian communities in NYC and Cincinnati.

Yet Italians who settled in New Orleans went on to found successful businesses and become professionals and civic leaders there. Quite a few opened restaurants.

To many people “wop salad” began to sound wrong in the 1980s. Journalists writing about restaurants in Southern papers became rather squeamish about using it, distancing themselves by putting it in quotation marks or referring to the term as “unfortunate.” But I cannot help but wonder how others, particularly those of Italian ancestry, felt about it during the decades it was commonly used. Did they think nothing of it? Did they find the name annoying but not worth making a big deal about? Did they feel insulted by it?

I have found very little evidence of protest. Someone calling themselves “Italian-American” wrote to a columnist of the New Orleans Times-Picayune in 1961 complaining of her use of ‘wop salad,’ and stating, ‘There is no such thing as ‘wop salad.’ Did you mean ‘Italian salad’?” The columnist defended her usage, concluding, ‘Everybody loves ‘wop salad.’ We English-German-Scandinavians all try to copy it.” In 1972 the paper received a complaint from a New Jersey Italian-American man who had visited the city and found “wop salad” on menus everywhere, including “better restaurants.” Perhaps Commander’s Palace was one of them. [see ca. 1950s menu fragment] He was especially offended by a sandwich shop with a sign in front saying, “Bigga Woppa Sandwich.” He concluded that New Orleans was only pretending to be “a genuinely cosmopolitan city.”

With the present cultural climate I halfway expect “wop salad” to resurface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Category Archives: menus

People living along the Gulf of Mexico are probably familiar with this designation but I remember being quite surprised the first time I came across it. Given that “wop” is an offensive slang name for Italians, my first reaction was, Please don’t tell me it means that!

It does. It’s another way of saying Italian salad.

“Wop salad” could be found on menus from the 1930s even into the 1980s in certain regions. Its use was frequent in Louisiana, Texas, and Mississippi, especially along the Gulf. It was most closely identified with New Orleans, but was also used in Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi, and to a lesser extent Little Rock, Arkansas. I have also found the term in use by restaurants in various other states, but quite rarely.

The salad had many variations. Among the possible ingredients [some pictured above] are iceberg lettuce, endive, escarole, white onions, tiny pearl onions, shallots, garlic, boiled eggs, black olives, green olives, pickles, celery, radishes, sweet peppers, pimientos, avocados, artichoke hearts, tomatoes, asparagus, anchovies, and grated cheese. Dressings could contain combinations of some of the following: olive oil, vinegar, mayonnaise, Worcestershire sauce, and lemon.

Even a single restaurant might not always compose the salad in quite the same way. Larry Platt’s Italian Village in Corpus Christi TX advertised wop salads with differing ingredients in 1954. In one ad the salad had “pimientos, olives, anchovies and sauce, Italian peppers and sauce, pickles, eggs, garlic, onions, fresh lemons and salad dressing” while in another it contained “anchovies, olives, lettuce, tomatoes, Italian pepper, radishes, celery, with our Famous Dressing.”

An indication of the popularity of the salad, however construed, is its inclusion in the American food section of a 1950 Chinese menu from The Chinese Dragon in New Orleans. [pictured here]

Despite my negative response to the name, the general reaction today seems to be mild amusement coupled with dismissal of the notion that it could be taken as truly offensive. Most defenders will quickly point out that Italian-Americans in New Orleans used it too and it could be found as often on the menus of Italian restaurants as any others.

I have read the claim that Joe Brocato’s restaurant in Shreveport LA – which advertised it was “Home of the Wop Salad” — was the owner of the term and that anyone else who used it had to pay royalties.

Call me skeptical. I’ve heard similar arguments about how Afro-Americans didn’t mind dressing up like mammies, loved working and eating at Sambo’s, etc.

Historically New Orleans had more residents of Italian origin than other cities in the South. It was a port of entry into the United States in the 19th and early 20th centuries, and many Italians disembarked there. One day in October 1907, for instance, 1,300 Italians arrived, some of them wives and children of men in various parts of the country, but others migrants who came to work in Louisiana sugar cane fields taking jobs once held by slaves and poor Blacks, they were very much looked down upon. And how long did Italians in New Orleans remember the lynching of eleven Italians there in 1891? The murders brought condemnation nationally and internationally and caused riots in Italian communities in NYC and Cincinnati.

Yet Italians who settled in New Orleans went on to found successful businesses and become professionals and civic leaders there. Quite a few opened restaurants.

To many people “wop salad” began to sound wrong in the 1980s. Journalists writing about restaurants in Southern papers became rather squeamish about using it, distancing themselves by putting it in quotation marks or referring to the term as “unfortunate.” But I cannot help but wonder how others, particularly those of Italian ancestry, felt about it during the decades it was commonly used. Did they think nothing of it? Did they find the name annoying but not worth making a big deal about? Did they feel insulted by it?

I have found very little evidence of protest. Someone calling themselves “Italian-American” wrote to a columnist of the New Orleans Times-Picayune in 1961 complaining of her use of ‘wop salad,’ and stating, ‘There is no such thing as ‘wop salad.’ Did you mean ‘Italian salad’?” The columnist defended her usage, concluding, ‘Everybody loves ‘wop salad.’ We English-German-Scandinavians all try to copy it.” In 1972 the paper received a complaint from a New Jersey Italian-American man who had visited the city and found “wop salad” on menus everywhere, including “better restaurants.” Perhaps Commander’s Palace was one of them. [see ca. 1950s menu fragment] He was especially offended by a sandwich shop with a sign in front saying, “Bigga Woppa Sandwich.” He concluded that New Orleans was only pretending to be “a genuinely cosmopolitan city.”

With the present cultural climate I halfway expect “wop salad” to resurface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Category Archives: menus

People living along the Gulf of Mexico are probably familiar with this designation but I remember being quite surprised the first time I came across it. Given that “wop” is an offensive slang name for Italians, my first reaction was, Please don’t tell me it means that!

It does. It’s another way of saying Italian salad.

“Wop salad” could be found on menus from the 1930s even into the 1980s in certain regions. Its use was frequent in Louisiana, Texas, and Mississippi, especially along the Gulf. It was most closely identified with New Orleans, but was also used in Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi, and to a lesser extent Little Rock, Arkansas. I have also found the term in use by restaurants in various other states, but quite rarely.

The salad had many variations. Among the possible ingredients [some pictured above] are iceberg lettuce, endive, escarole, white onions, tiny pearl onions, shallots, garlic, boiled eggs, black olives, green olives, pickles, celery, radishes, sweet peppers, pimientos, avocados, artichoke hearts, tomatoes, asparagus, anchovies, and grated cheese. Dressings could contain combinations of some of the following: olive oil, vinegar, mayonnaise, Worcestershire sauce, and lemon.

Even a single restaurant might not always compose the salad in quite the same way. Larry Platt’s Italian Village in Corpus Christi TX advertised wop salads with differing ingredients in 1954. In one ad the salad had “pimientos, olives, anchovies and sauce, Italian peppers and sauce, pickles, eggs, garlic, onions, fresh lemons and salad dressing” while in another it contained “anchovies, olives, lettuce, tomatoes, Italian pepper, radishes, celery, with our Famous Dressing.”

An indication of the popularity of the salad, however construed, is its inclusion in the American food section of a 1950 Chinese menu from The Chinese Dragon in New Orleans. [pictured here]

Despite my negative response to the name, the general reaction today seems to be mild amusement coupled with dismissal of the notion that it could be taken as truly offensive. Most defenders will quickly point out that Italian-Americans in New Orleans used it too and it could be found as often on the menus of Italian restaurants as any others.

I have read the claim that Joe Brocato’s restaurant in Shreveport LA – which advertised it was “Home of the Wop Salad” — was the owner of the term and that anyone else who used it had to pay royalties.

Call me skeptical. I’ve heard similar arguments about how Afro-Americans didn’t mind dressing up like mammies, loved working and eating at Sambo’s, etc.

Historically New Orleans had more residents of Italian origin than other cities in the South. It was a port of entry into the United States in the 19th and early 20th centuries, and many Italians disembarked there. One day in October 1907, for instance, 1,300 Italians arrived, some of them wives and children of men in various parts of the country, but others migrants who came to work in Louisiana sugar cane fields taking jobs once held by slaves and poor Blacks, they were very much looked down upon. And how long did Italians in New Orleans remember the lynching of eleven Italians there in 1891? The murders brought condemnation nationally and internationally and caused riots in Italian communities in NYC and Cincinnati.

Yet Italians who settled in New Orleans went on to found successful businesses and become professionals and civic leaders there. Quite a few opened restaurants.

To many people “wop salad” began to sound wrong in the 1980s. Journalists writing about restaurants in Southern papers became rather squeamish about using it, distancing themselves by putting it in quotation marks or referring to the term as “unfortunate.” But I cannot help but wonder how others, particularly those of Italian ancestry, felt about it during the decades it was commonly used. Did they think nothing of it? Did they find the name annoying but not worth making a big deal about? Did they feel insulted by it?

I have found very little evidence of protest. Someone calling themselves “Italian-American” wrote to a columnist of the New Orleans Times-Picayune in 1961 complaining of her use of ‘wop salad,’ and stating, ‘There is no such thing as ‘wop salad.’ Did you mean ‘Italian salad’?” The columnist defended her usage, concluding, ‘Everybody loves ‘wop salad.’ We English-German-Scandinavians all try to copy it.” In 1972 the paper received a complaint from a New Jersey Italian-American man who had visited the city and found “wop salad” on menus everywhere, including “better restaurants.” Perhaps Commander’s Palace was one of them. [see ca. 1950s menu fragment] He was especially offended by a sandwich shop with a sign in front saying, “Bigga Woppa Sandwich.” He concluded that New Orleans was only pretending to be “a genuinely cosmopolitan city.”

With the present cultural climate I halfway expect “wop salad” to resurface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Category Archives: menus

People living along the Gulf of Mexico are probably familiar with this designation but I remember being quite surprised the first time I came across it. Given that “wop” is an offensive slang name for Italians, my first reaction was, Please don’t tell me it means that!

It does. It’s another way of saying Italian salad.

“Wop salad” could be found on menus from the 1930s even into the 1980s in certain regions. Its use was frequent in Louisiana, Texas, and Mississippi, especially along the Gulf. It was most closely identified with New Orleans, but was also used in Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi, and to a lesser extent Little Rock, Arkansas. I have also found the term in use by restaurants in various other states, but quite rarely.

The salad had many variations. Among the possible ingredients [some pictured above] are iceberg lettuce, endive, escarole, white onions, tiny pearl onions, shallots, garlic, boiled eggs, black olives, green olives, pickles, celery, radishes, sweet peppers, pimientos, avocados, artichoke hearts, tomatoes, asparagus, anchovies, and grated cheese. Dressings could contain combinations of some of the following: olive oil, vinegar, mayonnaise, Worcestershire sauce, and lemon.

Even a single restaurant might not always compose the salad in quite the same way. Larry Platt’s Italian Village in Corpus Christi TX advertised wop salads with differing ingredients in 1954. In one ad the salad had “pimientos, olives, anchovies and sauce, Italian peppers and sauce, pickles, eggs, garlic, onions, fresh lemons and salad dressing” while in another it contained “anchovies, olives, lettuce, tomatoes, Italian pepper, radishes, celery, with our Famous Dressing.”

An indication of the popularity of the salad, however construed, is its inclusion in the American food section of a 1950 Chinese menu from The Chinese Dragon in New Orleans. [pictured here]

Despite my negative response to the name, the general reaction today seems to be mild amusement coupled with dismissal of the notion that it could be taken as truly offensive. Most defenders will quickly point out that Italian-Americans in New Orleans used it too and it could be found as often on the menus of Italian restaurants as any others.

I have read the claim that Joe Brocato’s restaurant in Shreveport LA – which advertised it was “Home of the Wop Salad” — was the owner of the term and that anyone else who used it had to pay royalties.

Call me skeptical. I’ve heard similar arguments about how Afro-Americans didn’t mind dressing up like mammies, loved working and eating at Sambo’s, etc.

Historically New Orleans had more residents of Italian origin than other cities in the South. It was a port of entry into the United States in the 19th and early 20th centuries, and many Italians disembarked there. One day in October 1907, for instance, 1,300 Italians arrived, some of them wives and children of men in various parts of the country, but others migrants who came to work in Louisiana sugar cane fields taking jobs once held by slaves and poor Blacks, they were very much looked down upon. And how long did Italians in New Orleans remember the lynching of eleven Italians there in 1891? The murders brought condemnation nationally and internationally and caused riots in Italian communities in NYC and Cincinnati.

Yet Italians who settled in New Orleans went on to found successful businesses and become professionals and civic leaders there. Quite a few opened restaurants.

To many people “wop salad” began to sound wrong in the 1980s. Journalists writing about restaurants in Southern papers became rather squeamish about using it, distancing themselves by putting it in quotation marks or referring to the term as “unfortunate.” But I cannot help but wonder how others, particularly those of Italian ancestry, felt about it during the decades it was commonly used. Did they think nothing of it? Did they find the name annoying but not worth making a big deal about? Did they feel insulted by it?

I have found very little evidence of protest. Someone calling themselves “Italian-American” wrote to a columnist of the New Orleans Times-Picayune in 1961 complaining of her use of ‘wop salad,’ and stating, ‘There is no such thing as ‘wop salad.’ Did you mean ‘Italian salad’?” The columnist defended her usage, concluding, ‘Everybody loves ‘wop salad.’ We English-German-Scandinavians all try to copy it.” In 1972 the paper received a complaint from a New Jersey Italian-American man who had visited the city and found “wop salad” on menus everywhere, including “better restaurants.” Perhaps Commander’s Palace was one of them. [see ca. 1950s menu fragment] He was especially offended by a sandwich shop with a sign in front saying, “Bigga Woppa Sandwich.” He concluded that New Orleans was only pretending to be “a genuinely cosmopolitan city.”

With the present cultural climate I halfway expect “wop salad” to resurface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Category Archives: menus

People living along the Gulf of Mexico are probably familiar with this designation but I remember being quite surprised the first time I came across it. Given that “wop” is an offensive slang name for Italians, my first reaction was, Please don’t tell me it means that!

It does. It’s another way of saying Italian salad.

“Wop salad” could be found on menus from the 1930s even into the 1980s in certain regions. Its use was frequent in Louisiana, Texas, and Mississippi, especially along the Gulf. It was most closely identified with New Orleans, but was also used in Baton Rouge, Shreveport, Corpus Christi, Galveston, San Antonio, Biloxi, and to a lesser extent Little Rock, Arkansas. I have also found the term in use by restaurants in various other states, but quite rarely.

The salad had many variations. Among the possible ingredients [some pictured above] are iceberg lettuce, endive, escarole, white onions, tiny pearl onions, shallots, garlic, boiled eggs, black olives, green olives, pickles, celery, radishes, sweet peppers, pimientos, avocados, artichoke hearts, tomatoes, asparagus, anchovies, and grated cheese. Dressings could contain combinations of some of the following: olive oil, vinegar, mayonnaise, Worcestershire sauce, and lemon.

Even a single restaurant might not always compose the salad in quite the same way. Larry Platt’s Italian Village in Corpus Christi TX advertised wop salads with differing ingredients in 1954. In one ad the salad had “pimientos, olives, anchovies and sauce, Italian peppers and sauce, pickles, eggs, garlic, onions, fresh lemons and salad dressing” while in another it contained “anchovies, olives, lettuce, tomatoes, Italian pepper, radishes, celery, with our Famous Dressing.”

An indication of the popularity of the salad, however construed, is its inclusion in the American food section of a 1950 Chinese menu from The Chinese Dragon in New Orleans. [pictured here]

Despite my negative response to the name, the general reaction today seems to be mild amusement coupled with dismissal of the notion that it could be taken as truly offensive. Most defenders will quickly point out that Italian-Americans in New Orleans used it too and it could be found as often on the menus of Italian restaurants as any others.

I have read the claim that Joe Brocato’s restaurant in Shreveport LA – which advertised it was “Home of the Wop Salad” — was the owner of the term and that anyone else who used it had to pay royalties.

Call me skeptical. I’ve heard similar arguments about how Afro-Americans didn’t mind dressing up like mammies, loved working and eating at Sambo’s, etc.

Historically New Orleans had more residents of Italian origin than other cities in the South. It was a port of entry into the United States in the 19th and early 20th centuries, and many Italians disembarked there. One day in October 1907, for instance, 1,300 Italians arrived, some of them wives and children of men in various parts of the country, but others migrants who came to work in Louisiana sugar cane fields taking jobs once held by slaves and poor Blacks, they were very much looked down upon. And how long did Italians in New Orleans remember the lynching of eleven Italians there in 1891? The murders brought condemnation nationally and internationally and caused riots in Italian communities in NYC and Cincinnati.

Yet Italians who settled in New Orleans went on to found successful businesses and become professionals and civic leaders there. Quite a few opened restaurants.

To many people “wop salad” began to sound wrong in the 1980s. Journalists writing about restaurants in Southern papers became rather squeamish about using it, distancing themselves by putting it in quotation marks or referring to the term as “unfortunate.” But I cannot help but wonder how others, particularly those of Italian ancestry, felt about it during the decades it was commonly used. Did they think nothing of it? Did they find the name annoying but not worth making a big deal about? Did they feel insulted by it?

I have found very little evidence of protest. Someone calling themselves “Italian-American” wrote to a columnist of the New Orleans Times-Picayune in 1961 complaining of her use of ‘wop salad,’ and stating, ‘There is no such thing as ‘wop salad.’ Did you mean ‘Italian salad’?” The columnist defended her usage, concluding, ‘Everybody loves ‘wop salad.’ We English-German-Scandinavians all try to copy it.” In 1972 the paper received a complaint from a New Jersey Italian-American man who had visited the city and found “wop salad” on menus everywhere, including “better restaurants.” Perhaps Commander’s Palace was one of them. [see ca. 1950s menu fragment] He was especially offended by a sandwich shop with a sign in front saying, “Bigga Woppa Sandwich.” He concluded that New Orleans was only pretending to be “a genuinely cosmopolitan city.”

With the present cultural climate I halfway expect “wop salad” to resurface.

Partagez ceci :

Comme ça:


Voir la vidéo: Dudes vocal are unreal (Août 2022).