Autre

Le restaurant Au Fudge de Jessica Biel poursuivi pour avoir prétendument volé des pourboires

Le restaurant Au Fudge de Jessica Biel poursuivi pour avoir prétendument volé des pourboires



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Un nouveau procès allègue que l'actrice Jessica Bienne et ses partenaires commerciaux à Au Fudge dans Los Angeles ont volé plus de 430 000 $ en pourboires à leurs employés en plus de leur refuser des pauses repas et repos. Selon des documents judiciaires obtenus par le magazine People, neuf anciens employés poursuivent Bienne et d'autres propriétaires de restaurants – Estee Stanley, Joey Gonzalez, Kimberly Muller et Jonathan Rollo – après avoir omis de payer aux travailleurs le pourboire de 22% facturé pour les événements privés chez l'enfant. -restaurant convivial.

"Chacun d'entre eux a vu ses pourboires convertis à tort et s'est vu refuser indûment des pauses repas et de repos, une rémunération des heures supplémentaires et des salaires gagnés en vertu de diverses pratiques de paie illégales", indique le procès. "Les défendeurs ont facturé des centaines de milliers de dollars de pourboires à des clients privés et se sont convertis ces pourboires afin de se remplir les poches et de priver les plaignants de leur indemnisation en violation de la loi."

L'ancienne directrice des événements d'Au Fudge, Alexandra Desage, n'est pas répertoriée comme plaignante dans le procès, mais elle dit qu'elle a confronté le copropriétaire Jon Rollo au sujet de la gestion du restaurant empochant des pourboires au personnel. Les rapports de l'explosion que Rollo a rejeté les inquiétudes de Desage en disant: «Je ne pense pas que vous compreniez. Ne t'en fais pas."

People rapporte que les plaignants réclament 430 100 $ en pourboires manquants et 31 549 $ en pauses manquées, en plus de 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs. La somme des pourboires provient des événements de l'industrie au restaurant pour des entreprises comme Netflix et Amazone. Un événement Netflix en juillet 2016 avec une facture de 80 220,19 $ comprenait 13 271,50 $ de « pourboire » que les employés disent n'avoir jamais reçu.

De nombreux restaurants facturent un pourboire standard pour les grandes fêtes, mais même lorsque le pourboire n'est pas précisé sur la facture, il est important de comprendre ce que l'on attend de vous en tant que client, où que vous soyez dans le monde. Voici le guide complet des pourboires à l'étranger : hôtels, restaurants, taxis....


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant dans un restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses de repos qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec des reçus des pourboires impayés et des affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant au restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec des reçus des pourboires impayés et des affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant dans un restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses de repos qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec des reçus des pourboires impayés et des affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant dans un restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses de repos qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec des reçus des pourboires impayés et des affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant au restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec les reçus des pourboires impayés et les affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant au restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec des reçus des pourboires impayés et des affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant au restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses de repos qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec des reçus des pourboires impayés et des affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant au restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses de repos qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec les reçus des pourboires impayés et les affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant au restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec les reçus des pourboires impayés et les affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Le restaurant de Jessica Biel poursuivi par des travailleurs pour vol de salaire

Les célébrités ne font pas toujours les meilleurs restaurateurs, il suffit de demander à Eva Longoria ou à Flavour Flav. Mais vous espérez au moins qu'ils paieraient leurs employés correctement et transmettraient les pourboires que ces employés ont gagnés.

Mais neuf employés actuels et anciens du restaurant Au Fudge de Jessica Biel à Los Angeles poursuivent l'actrice et cinq autres partenaires de l'entreprise, alléguant qu'on leur a refusé des pourboires et des pauses. Et ils demandent au moins un million de dollars.

La majeure partie des revenus d'Au Fudge, qui, comme l'a signalé Radar Online, n'a pas encore généré de bénéfices, provenait d'événements privés ou de soi-disant « rachats » pour des entreprises comme Amazon, Netflix et d'autres. Et, comme tout grand groupe se rendant au restaurant, il leur a été facturé un pourboire automatique, normalement de 22%, qui s'élevait à 14 630 $ dans le cas d'Amazon et à 13 271,50 $ pour Netflix. Mais les plaignants affirment qu'ils n'ont jamais vu un centime de ces pourboires, et le copropriétaire Jon Rollo leur aurait dit : "Ne vous inquiétez pas pour ça".

La poursuite prétend que les employés ont été privés d'environ 430 100 $ de pourboires à cause des événements spéciaux et ont perdu 31 549 $ supplémentaires en pauses de repos qu'ils prétendent que le restaurant leur a refusées. Ils demandent également au moins 1 000 000 $ en dommages-intérêts punitifs.

Les neuf employés qui ont déposé la plainte feraient partie de l'équipe qui a ouvert Au Fudge, "de jeunes adultes nouveaux sur le marché du travail et nouveaux à Los Angeles", qui travaillaient au restaurant "comme moyen de s'en sortir" tout en "essayant de commencer une carrière dans l'industrie du divertissement." "Les plaignants ne connaissaient pas les droits des travailleurs", soutient la plainte, "et étaient mal préparés à faire face aux violations de leurs droits sur le lieu de travail".

Mais ils ont entamé le procès pour vol de salaire comme un poisson à l'eau, avec des reçus des pourboires impayés et des affidavits attestant le rejet de leurs réclamations par la direction et la propriété. Bienne et ses partenaires n'ont fait aucun commentaire concernant le costume.


Voir la vidéo: Acheter des billets avec une borne-libre service (Août 2022).